Wasserschlauch Feuerwehr

Lentilles de contact et collyre: moins d’eau pour une meilleure hydratation

Saviez-vous que novembre marque le début de la cinquième saison? La saison des nez rougis et des visages gris, ou rougeauds, au choix. Non, je ne parle pas de Carnaval, mais de la saison des rhumes. Tout le monde tousse, éternue et s'emmitoufle dans d'épaisses écharpes. On ne peut pas dire que ce soit ma saison préférée.

En plus de tous ces maux, les virus présents dans l'air représentent des problèmes supplémentaires pour les porteurs de lentilles de contact. Le chauffage par exemple, qui nous tient bien sûr les pieds au chaud, mais qui assèche beaucoup les yeux. Que faire? Quelques gouttes de collyre et ça repart?

Et pour ceux qui s'enrhument malgré leurs pieds bien chauds, se pose alors la question de la compatibilité entre les lentilles et les médicaments contre le rhume. C'est pourquoi je vous donnerai aujourd'hui des conseils pour bien affronter cette saison qui met à dure épreuve votre système immunitaire.

Yeux secs? Buvez, clignez des yeux, humidifiez

Ce sont notre peau et nos lèvres qui accusent en premier les effets du chauffage, à la maison ou en voiture. Elles tirent et peuvent se fendiller. Il en va exactement de même pour nos yeux. Le film lacrymal cède et les yeux sèchent. L'un des moyens naturels pour lutter contre la sécheresse oculaire est tout simplement de boire suffisamment pendant la journée. Il est également important de penser à cligner régulièrement des yeux. Cela peut vous faire sourire, mais il n'est pas si évident qu'on pourrait le croire de suivre ce réflexe. Quand nous passons des heures à l'ordinateur ou à fixer notre smart phone, nous oublions parfois tout simplement de cligner des yeux.

Si ces remèdes ne suffisent pas, vous pouvez utiliser des gouttes hydratantes qui conservent l'humidité des yeux. Mais attention, il y a gouttes et gouttes.

Collyres et lentilles de contact ne font pas toujours bon ménage

Le facteur «H2O»avait déjà donné naissance à de nombreuses «fake news» bien avant que ce mot ne soit connu du grand public. Par exemple, l'idée très répandue que plus les lentilles ou les collyres contiennent d'eau, plus ils sont efficaces pour humidifier les yeux est fausse. C’est le contraire! Les personnes souffrant de sécheresse oculaire ont en général intérêt à utiliser les lentilles contenant moins d'eau. En effet, les lentilles souples à teneur en eau élevée la perdent plus rapidement dans un environnement sec. Elles compensent alors l'humidité perdue en l’absorbant dans les yeux, comme une éponge, et renforcent ainsi la sensation de sécheresse.

Les collyres présentent eux aussi différentes teneurs en eau. Les gouttes contenant beaucoup d'eau diluent le film lacrymal, favorisant son évaporation. Il vaut mieux des gouttes à base de substances naturellement présentes dans l'organisme, telles que l'acide hyaluronique. Elles ont une action lubrifiante et permettent ainsi à la lentille de se placer correctement sur l'œil. Demandez toujours conseil à votre opticien ou à votre ophtalmologue quelles gouttes sont les mieux adaptées à vos besoins.

Wassertropfen

Évitez les conservateurs dans les collyres

Les collyres contiennent souvent des conservateurs, surtout quand ils sont conditionnés dans des emballages de grande contenance. Les lentilles de contact souples peuvent les absorber, ce qui risque de les endommager. Les conservateurs risquent également de s'accumuler dans la lentille, qui les libèrera en continu dans l'œil, causant ainsi des irritations. Si vous souhaitez utiliser des agents humidifiants, demandez un produit sans conservateur. La plupart d'entre eux se présentent sous forme de petites ampoules.

Ne portez pas vos lentilles si vous prenez des médicaments

Si vous soignez votre rhume par des médicaments, ne portez pas vos lentilles pendant le traitement. En effet, certains médicaments tels que les sprays nasaux inhibent l'écoulement des larmes et peuvent renforcer la sensation de sécheresse oculaire. Par ailleurs, les interactions entre les lentilles et les yeux avec d'autres substances actives ne peuvent pas être entièrement exclues.

En cas de fièvre, la température de l'œil augmente, ce qui favorise l'évaporation du film lacrymal. Pour couronner le tout, lorsque vous toussez ou que vous vous mouchez, vous risquez de déposer involontairement des microbes dans vos yeux avec vos mains.

Nez et yeux rouges, lèvre bleues, rien de plus ridicule que le mélange de couleurs de la cinquième saison (froide et humide). Dans le doute, un seul remède: ouvrez les yeux, mettez vos lunettes et foncez !